SAWIDRA-AC

Résumé analytique

Le présent projet, proposé par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), s’inspire des études antérieures sur les impacts des changements climatiques dus à des inondations récurrentes et à la sécheresse dans les pays de la CEEAC, et vise à réduire/prévenir les impacts catastrophiques des évènements météorologiques extrêmes sur les populations et des infrastructures des pays d’Afrique Centrale. Il est conçu pour assurer une collaboration rapprochée entre le centre continental ACMAD et les autres institutions spécialisées de la sous-région. Il (i) recevra des données issues du modèle continental de l’ACMAD avec une résolution de 12 km; (ii) traitera et produira des Prévisions Numériques du Temps (PNT) avec une résolution de 4 km et (iii) diffusera les PNT aux Systèmes Météorologiques et Hydrologiques Nationaux (SMHN) qui, à leur tour, élaboreront des produits adaptés pour la réduction de risques de catastrophes. La prévision numérique du temps consiste à prévoir le temps par le biais de modèles mathématiques de l’atmosphère. A terme, le résultat à atteindre par ce projet d'Information Satellitaire et Météorologique pour la Réduction des Risques de catastrophes (SAWIDRA-AC)" est l’appui à la mise en place et l'amélioration des capacités d’un centre climatique pour la région CEEAC et des Services Météorologiques et Hydrologiques Nationaux (SMHN) afin de répondre aux besoins des agences de Réduction des Risques de Catastrophes (RRC) et des secteurs socio-économiques pour une utilisation efficace des services météorologiques et climatiques et des systèmes d'alerte précoce en temps réel. En tant que futur Centre Climatique Régional (CCR) de l'Afrique Centrale, le CAPC-AC se propose de recevoir les données de Prévision Numérique du Temps (PNT) d'ACMAD, les analyser, traiter, faire une réduction d'échelle appropriée et retransmettre les produits et informations adaptés aux SMHN. Pour relever ce défi de production d'informations adaptées pour la réduction des risques de catastrophes en Afrique Centrale, le Secrétariat Général de la CEEAC a besoin d'un financement de la part du CDSF.